j'écris un livre!

"DIY", philosophie punk/hardcore, politique, engagement (s), manifs,etc... c'est ici qu'on débat.

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 11:04

"-j'préfère ça que thiefaine, un matin ensoleillé"
"-j'aime bien cellà, ça me rappele mon taf en arrivant ici" (2018)
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 12:22


allez pas de quoi rester enfermé aujourd'hui
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 13:15

quand j'étais gamin on squattait une vieille grange avec quelques copains du village, une grange dans les bois, assez planquée pour qu'on nous laisse tranquille, puis on s'est fait jeter par le proprio, un bourgeois qui menaçait de porter plainte, l'un d'entre nous était majeur et ça s'est fini comme ça
j'ai passé de bons moments là bas, même une fois avec une "prend l'air", une fille de la ville, plus agée que moi et qui m'avait écrit plus tard: "que l'importance soit dans tes yeux et non dans ce que tu regardes", je me souviens de ce qui était écrit sur la porte le la grange, avec d'assez belles lettres: "ECURATION POUR LES ENFANTS", ça m'est revenu aujourd'hui ce détail, comme ce que j'avais écrit au moment de ma bouffée délirante 10 ans plus tard: "c'est l'histoire d'un mec qui se prenait pour un personnage, il ne savait même plus son prénom", la crise éclate enfin comme dit la chanson, merci caroline, je les écouté en boucle tes textes, merci vraiment, le temps de comprendre ce qui relevait du psy et ce qui était déjà une intuition, 20 ans après je pense aussi à mon pôte qui s'occupe de son oncle, lui est revenu de la guerre d'algérie completement vrillé, va savoir ce qu'il a vu là-bas, comme d'autres qui finissent par se détruire et plongent dans une absence totale, nous sommes là génération de leurs enfants, que l'on ait connu notre maman ou pas, la guerre n'est pas juste un game lointain sur un écran, on l'a vu en direct et au quotidien dans les silences
les choses pas racontables
je me souviens que quand on était allé en promenade avec mon père dans ce bois oû cette grange n'était plus qu'un tas de pierre, écroulée des années plus tard, on était tombé sur les gendarmes en pleine balade, je me demande encore pourquoi, et 20 ans plus tard mon père habite dans un hlm qui était l'ancienne gendarmerie
quoi qu'on fasse ils sont toujours là, il serait temps que nous les surveillons un peu, ils sont armés tout de même et ils circulent en toute liberté
une tactique simple pour commencer: rassemblement devant les caméras de surveillance de toutes les institutions, doigt levé en l'air, celui qui garde un bout de shit sur lui sera désigné d'office comme social traitre, choisis ton camp camarade, j'ai choisi celui de traverser dans les clous quitte à me prendre un coup de pare choc la rue d'après
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 17:00

on revient des courses et je vois sur les murs du centre ville le visage d'un copain de la vie d'avant qui me sourit
la vie est une boucle dont on ne sort pas, "tu te parles à toi même quand tu écris" disait la fille du début du récit, peut être que la boucle commence par une fille qui porte le même prénom va savoir...
2000 et quelque, j'enregistre mon premier cdr pour une fille, ce n'est jamais qu'une redite de la K7 "en exil" , instrumentale à 99% et dont je n'ai aucune trace aujourd'hui, qui n'est qu'une redite des riffs proposés au groupe dans lequel je jouais avec le mec qui me sourit sur les affiches aujourd'hui en ville
je me suis suicidé ensuite et quand la belle pour laquelle j'avais enregistré cette K7 est réapparue je ne voulais plus d'elle, voilà pour l'auto interview
le cdr en question s'appelait "matière infectieuse" et je m'étais surnommé le petit gregory... et oui j'avais pas encore pris le surnom que m'avait donné un ami, en fait parce que sans traitement je pouvais sortir des choses d'une violence et d'un cynisme qui faisait peur à voir et peine à entendre, comme dire à un mec en fauteuil roulant qui attend devant une institution catho qu'on lui ouvre "aide toi le ciel t'aidera", pardon ce ne sont peut-etre pas les termes exacts mais bon les chansons sont là, mille et une versions de la même merde, du même furoncle à percer
la jaquette de ce cdr était un montage avec le symbole "danger matière infectieuse" et un coeur au centre, un peu comme ce patch kaki avec un engrenage et un coeur au centre, que je coudrai peut-être un jour sur un t-shirt, mais bien d'autres priorités aujourd'hui comme vider ce seveur de la boite craniène, "le dedans de la boite jamais mis en veille", il y a des poètes qui n'ont pas internet pourtant, et d'autres qui meurent d'une dégénerescence du cerveau, on lit leur textes et on brode de la musique autour, ça se fait sans histoires et pas de disto cache misère, ça on peut le faire
ce qui explique que "la parole forme un tout qui est la maladie" il faut lire le livre ou aller en HP pour comprendre, ressortir et tout recommencer, encore une fois
ce logo "matière infectieuse" je l'avais pris sur une boite de seringues contaminées, mon premier boulôt en arrivant ici était de récupérer du matériel médical pour des gens soignés à domicile, assez vite j'ai arreté mon traitement, ça me semblait logique: j'ai trouvé un travail, changé de vie et de ville, je peux tout recommencer et en plus je fais un travail vraiment utile, auprès de gens qui vivent la maladie au jour le jour, le décès d'un proche ou la guérison encore fragile, dans des domaines de riches des monts d'or ou aux minguettes, d'ailleurs dans ces quartiers on ne m'envoyait que le matin, un matin justement en me trompant de rue je suis tombé sur une semi-remorque de transport de voitures abandonné là au millieu des tours du reste murées jusqu'au troisième étage, les mecs ne volent plus des voitures de luxe, ils embarquent tout le camion, impressionant je dois dire, et dans ces familles de tout bord j'ai toujours été bien acceuilli, sauf une fois, une jeune fille sur le plateau de la croix rousse qui avait envoyé le pied à serum balader dans la cage d'escalier, j'ai pas osé lui demander pourquoi elle était si énervée tu pense, mais voilà, plus tard j'ai travaillé pour une boite qui appartient à oxygène médical et c'est reparti, je tournais en régional, un jour je me suis retrouvé du côté de riotord en haute loire, chez un couple de retraités coupés du monde: maison délabrée, lui me parlait en patois, elle était dans une alcove derrière un rideau et ne sortirait plus du lit, ils serai là pour elle jusqu'au bout, et croiser une infirmière à domicile ce matin même était le seul lien avec le monde moderne, un truc de dingue vraiment, ce boulot j'y tenais mais le premier contrat emploi aidé je l'ai perdu en arretant mon traitement, sur j'avais perdu 20 kilos et pouvait envoyer un cdr à une fille que je connaissais à peine sans réaliser à quel point c'était flippant et intrusif, mais peut-être que je croyais qu'à travers cette relation et cette démarche je règlerai quelque chose pour toujours et on verra plus tard, belle erreur, pas longtemps après je me retrouvais à changer les bouteilles d'un ancien sur un camp de "gens du voyage" qui se faisaient expulser par la commune, et ma chef s'était pointée inquiète, pourtant tout allait bien, j'étais bien reçu et comme eux je trouvais ça abusé qu'ils ne sachent pas le matin de l'expulsion oû ils allaient atterir le soir même
il y'a des gens que j'appréciais dans ce boulot comme cette fille, lesbienne la quarantaine bien dépressive, qui désinfectait tout le matériel dans un local toute la journée, il y a eu ce petit chef nazillon qui se comportait mal avec un autre employé qui lui était là probablement pour en finir avec l'alcool et s'accrocher à un taf, le petit chef s'est fait virer, on est pas à carrefour, et une femme l'a remplacée, c'est elle qui chantonnait tout la journée "c'est une belle journée, je vais me coucher", ça allait mieux déjà mais c'était trop tard, un jour ma chef m'a emmené à grange blanche et je me suis retouvé en HP,
en sortant je ne pouvais plus prendre le véhicule et je restais à monter des palettes, ils n'ont pas renouvelé mon contrat qui aurait duré 5 ans
pendant cette période, l'idée de transporter des seringues infectées de pleins de virus me donnait l'envie d'en finir avec tous ceux qui ont laissé des copains et copines sur le carreau avec l'héroine, mais voilà tout est bien plus complexe et faire un cdr pour une fille qui n'en veut pas et cherche à se protéger c'est déjà bien moins toxique comme comportement, une autre plus tard me dira à propos d'un autre cdr "je suis désolé tu as fait tout ça pour rien" ben non justement, ça m'aura tenu pour un temps
lors de mon deuxième taf comme chauffeur dans le médical j'étais devenu le chauffeur perso d'un gars de la boite, qui avait perdu son permis, la boite le gardait car il était formé et réellement efficace, on passait donc des journées entières sur la route, c'était au début de la friche et je pouvais garer le véhicule sur le parking, le gars avait une haine des flics mais un truc de malade, s'était converti à l'islam, on avait des conversations sans fin sur la stigmatisation de l'islam, et déjà il y a avait dans son discours des bribes du conspirationnisme que je retrouverai dans bien des vidéos plus tard, en pire, c'était en 2006 et au moins je pouvais répondre, on passait la journée ensemble sur la route et je voyais qu'il aimait son taf, il était aussi curieux de nos choix de vie, si tant est qu'on peut encore appeler ça un choix
un jour on est revenu à la friche avec une sono: deux enceintes amplifiées achetée dans un cash pendant la journée de taf, cette sono aura bien servi à l'époque
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 18:51

je viens de m'assurer que je tape dans la bonne section déjà, et je replonge dans les mauvais souvenirs, je ne suis pas seul pour en parler à l'instant, pourquoi la bouffée d'angoisse en recevant cette newsletter? après tout je m'en tape que la moitié de la ville me taille, ce qui est fait est fait, ce qui est dit est dit, faites-en autant et jugez qui vous voulez, je n'ai plus à me positionner en opposition aux autres qui n'ont pas le même vécu, la même histoire, le même quotidien, on en est plus là et ça arrangerai bien tout ceux d'en haut, le medef en tête de liste, la belle histoire, donc non pas de sur-interprétation cette fois-çi, j'étais là quand j'ai pu et aujourd'hui je ne me sens absolument pas en état de venir montrer que j'y étais, bien des choses à régler encore, et le point de départ comme toujours est de se rappeler le mécanisme, tout est simple en fait:
je parlais d'enterrement tout à l'heure, on est allé à un enterrement dans les années 90, avec ma première amoureuse, c'était une voisine du rez de chaussée, elle est morte du HIV, son mec était en accident de travail depuis des mois, ils se la collaient grave tous les deux et on s'arretait chez eux, et puis un jour après un pétard que j'avais fumé seul avec lui j'ai fini par craquer et lui demander si je pouvais lui emprunter cette vhs de porn, je ne me souviens plus le film et d'ailleurs on s'en fout, j'en ai vu des kilomètres au point ou ça ne m'a laissé aucun souvenir précis, on peut se torturer sur le souvenir d'une situation avec une telle ou une telle pendant des années en revanche, bref je sortais avec la K7 quand une amie à eux est arrivée, elle m'a incendié en voyant la K7: "quoi? tu regardes ces saloperies??? t'as vu comme ta copine est belle? pourquoi tu va pas lui bouffer le cul pendant 4 heures???", je suis reparti sans rien dire et j'ai mis la K7 dans le magnétoscope, déjà c'était trop tard, une fois le petit rituel terminé je me suis senti vraiment dégueulasse,mais c'était trop tard, et ça aura été la même chose avec du porn en illimité en loosdé à chaque fois, plus de 10 ans plus tard le même échec, la même culpabilité sourde, le même secret et les mêmes réflexes paranoiaques, la même destruction de la relation, le même isolement, la même rancoeur contre tout et tout le monde, peut-être qu'aujourd'hui en dévoilant tout ça je devrai enfin en finir, en sortir, quitte à perdre l'estime de beaucoup de gens, quitte à me griller au taf, quitte à me griller partout, ce qui est sur c'est que, comme dit celle qui est juste à côté à réviser la basse de this charming man en ce moment même
"ça fera le tri"
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 17 Avr 2018, 19:10

"tu fais du social network? ok..."
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 07:45

réveillé 07h par un rêve étrange, une histoire de disques avec des dates de péremption, avec amendes à la clé d'une société qui viendrait pour contrôler chaque rayon de la boutique, un truc incompréhensible, une énigme de plus, il faut que je speede pour vider un container oû j'ai entreposé des trucs perso, mobilier, jouets et vaisselle, pour pas bloquer le chantier de la salle de concert, je vais essayer de gérer ça je sais pas trop comment, et je prends mes enfants à 11h, je n'arrive décidément pas à raccrocher, tant pis je vais le vider ce container pas de soucis, louer un garage ou un box shurguard peu importe, ne rien devoir toujours ne rien devoir, ce qui me met en stress c'est le rapport aux autres dans le simple fait de leur devoir quelque chose, c'est comme ça qu'on finit seul et aigri dans un hlm de cambrousse, mais au moins plus aucune illusion d'exister par rapport à un groupe, le jour oû tout s'arrete on souffrira moins de se retrouver seul, on avait déjà tout prévu, la meilleure assurance vieillesse en somme
le maintenant de ce matin avec encore le avant comme source de stress, et pourtant je ne suis pas dans la fuite, allez si je compulse sur de la bouffe, tu vas me retrouver avec mes 20 kilos de trop et tu sera rassuréE, ok tout va bien alors, monde de tarés, je vais le débarrasser ce putain de container, comme j'ai fait 235 trajets à la déchetterie avec mon propre véhicule, pour que les putain de containers puissent rentrer dans le hangard, je vais le vider le container pas de soucis
aujourd'hui je vois mes petits loulous donc, et va falloir que je breake d'à peu près tout pour être disponible pour eux, rassurant: papa n'a plus de maison mais tu verra on va tout recommencer, ils vont finir par ne plus y croire eux non plus à force, et oui , ce matin aussi il faudra remplir noir sur blanc un document qui atteste que j'admets que je passe au mode de garde un week-end sur deux/ moitié des vacances, puisque je n'ai plus de logement pour les acceuillir, quelque chose qui faut que j'écrive pour bien que ce soit reconnu devant l'avocate de mon ex, au cas oû ce ne serait pas très clair pour tout le monde, donc j'ai de quoi bien m'occuper ces prochains jours pas de problème
le groupe voudrait repartir en tournée mais je leur dis que ce n'est pas le moment pour moi, dans le fond je m'en tape qu'ils comprennent ou non, s'ils ne comprennent pas ça confirmera tout ce que j'en pense, ça fait bien longtemps que je ne peux plus rien proposer dans ce groupe, que je n'ai plus le gout même de proposer la moindre idée musicale, à force on finit par lacher l'affaire, et si j'ai du temps je préfère venir faire du chantier, ça me parait plus important, comme consécration et comme intégration psychosociale, le groupe on le refera plus tard, un jour, une année autre ou je serai en meilleur état, s'ils ne comprennent pas ça qu'ils trouvent une autre guitariste
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 08:02

ah merde j'avais omis un détail, ma voiture est chez le mécano pour le contrôle technique, je ne peux donc pas bouger mes affaires cette semaine, il faudra attendre
comme pour la tournée il faudra attendre, dans ce projet de tournée il y a l'idée de se retrouver pour composer un nouveau titre aussi, mais là je suis rincé, j'ai du mal à prendre un instrument pour autre chose que bosser des reprise pour apprendre toujours apprendre, ou improviser avec mon amoureuse avec le moins de notes possible pour qu'elle puisse se repérer visuellement sur le manche avec ce qu'elle entend, et inversement que je puisse me repérer à l'oreille avec ce que je vois sur le manche
la complémentarité ultime: "s'aimer c'est ne faire qu'un, oui mais lequel? ", c'était un theme proposé dans le zine PCP il y a 20 ans ou plus et ce sera LE theme de philo de la journée, je reviendrai bientôt, ça va bien se passer et j'en ressortirai grandi, pas en mode beautiful loser, juste un bon gars parmi les vrais bons gars, et je laisserai tout le monde tranquille, les control freaks et les autres, j'arriverai à faire confiance, je n'aurai même plus à flipper, si ça se trouve je pourrai même en rigoler t'as qu'à voir
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 08:08

un truc que je bosse dès que je peux au taf , sur le piano à 25000 euros de la salle de répet au 5ème sous sol
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 09:28

il existe bien des façons de canaliser les compulsions et les frustrations, restaurer un instrument en est une, et il ne s'agit pas juste de s'arreter au montage financier, il s'agit de redonner vie à une vieille guitare: ok pour aujourd'hui j'ai un chevalet repro cheap et des potars de récup, il faudra la faire revernir un jour mais ça y 'est à force de réglage depuis une semaine déjà elle devient jouable, ok c'est des micros pas top mais un coup de bol et je finirai par trouver ceux d'origine ou pas, ok je ne pourrai certainement pas me permettre de garder cette guitare mais le temps que j'aurai passé dessus sera autant d'acquis d'expérience, et la revente me permettra de finir le mois et ne pas revendre les autres guitares, on en est tous là, les geeks, ceux qui assemblent des synthés sur le schéma de synthés vintage tombé dans le domaine public depuis 40 ans, ils sont réellement acteurs de leur vie, et c'est plus glorieux que se saigner pour un synthétiseur de collection instable et tellement limité, ne pas en rester juste en proie à la compulsion, pas simple détenteur d'objet sans but, parce que tout ce matériel finira par servir, et que chaque config est unique comme chaque musicien a son propre touché, sa propre façon de faire parler un instrument, les codes ont bougé, on peut passer des journées à rajouter des pontages et des switchs sur la dictée magique et la dictée magique se retrouve à 15 fois son prix initial sur ebay en achat immédiat, se lever tôt le matin pour trainer les vides greniers est une autre histoire, passer des heures et des heures sur des bends pour que le gimmick blues / country effet lap steel vienne immédiatement est une autre histoire, on aura rien sans rien, et c'est comme ça que je tiens depuis des années, c'est la guerre comme disait un gars que j'avais enregistré avec son groupe de black, ouais mec c'est la putain de guerre contre les clichés et les idées reçues, pas le temps pour la satisfaction immédiate et la compulsion libératoire, il y a des moments oû dans la même journée j'ai trouvé une guitare dans un cash et l'ai troqué contre un ampli que j'ai revendu le soir même pour financer autre chose de quatre fois plus cher, gasoil compris, des choses dont je ne me séparerai jamais, d'autres gens font ça la plupart du temps, en complément de leur taf pour la plupart, je n'ai plus le temps de lire des articles sur le matériel dernier cri et les convertisseurs haut de gamme et les synthés ou compresseurs virtuels, je cherche le coup de bol improbable d'un bon plan qui m'attend au détour d'un trajet, même plus sur le bon coin ou si peu, si je te disais dans quoi je m'embarque depuis la nuit dernière... mais ça tu n'en saura rien, parce qu'on est à 11euros 30 brut de l'heure dans mon taf et que je compte sur le fini parti et mon bricolage intempestif en perpétuel devenir pour gagner plus, et m'en servir à loisir, je n'ai aucun état d'âme, comme le reste personne ne le fera pour moi, des disquaires et des luthiers à la lampe torche le dimanche matin pour me le prouver, qu'est ce que tu croyais? le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, et je ne vais pas te plaindre si tu en es encore à ce piètre niveau musical aujourd'hui, il te reste ton réseau social, très bien, mais on verra bien de qui on se souviendra d'ici 20 ou 30 ans, marc police ou tartempion qui court les concerts en semaine, alors que l'un des meilleurs zicos que je connaisse même si peu est brancardier, que même sans matos ses textes tapent dans le mille, le reste n'est que le décorum rassurant du monde du spectacle avec ses intervenants, ses acteurs, ses artistes aussi opportunistes qu'ils soient
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 10:09

si mes enfants s'en tapent ils pourront acheter du speed, c'est plus facile à trouver qu'un corps de telecaster d'une pièce de frène bien seche, légère et resonnante
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 18 Avr 2018, 16:20

en rentrant du manège et du franprix pour une bonne glace au chocolat, en traversant j'ai pu voir que des gens avaient beaucoup de clés pour pas mal de cadenas, sur le pont
pour le reste ça n'avait pas beaucoup changé en revanche, moins de monde parce que les vacances, toujours les mêmes problèmes et pas plus de solutions à ce jour
on va manger cette glace pour le gouter et regarder la vie de courgette, j'ai toujours le dvd quelque part ici, entre cuisine et dépendances et le beurk vidéozine condense/submission hold/garlic frog diet, top collector d'une autre époque, ne rentre pas dans le graveur de l'ordi
je reste joignable toutefois au même numéro si vous êtes inquiets ou quoi, je saurai vous rassurer et faire preuve d'empathie
+ de 250 vues en si peu de temps, il doit bien y en avoir un ou deux qui suivent
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 10:35

24h ça passe vite, et faut s'habiller et tout, allez on y va
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 11:56

retranscrire les émotions d'une journée n'est pas chose simple, mais ce qui est certain c'est qu'on est sorti du long tunnel de couches qui aura duré 6 ans et qu'on commence à avoir de vraies conversations, et quand je dis au petit frère que je regrette vraiment de ne pas être là à ce moment tellement important oû il commence à vraiment bien parler, qu'ils me manquent, sur la grande soeur peut se montrer jalouse mais voilà les faits sont là, je paye l'absence d'hier par l'absence d'aujourd'hui
on aura eu aussi une belle conversation sur la musique au cours d'une balade, et oui tu vois celui qui chante "la visite au zoo"? ben ces chansons ils les chantait déjà avant, sous une autre forme et ça reste ses chansons, encore aujourd'hui, et tu vois dans cette immense église, il y a des concerts parfois, c'est des gens qui viennent jouer la musique de quelqu'un, c'est un orchestre qui lit des partitions, c'est la musique qui est écrit dessus, pour chaque instrument, la musique qui a été écrite par quelqu'un qui est mort depuis 200 ou 300 ans peut-être, il a écrit cette musique à une époque oû on ne pouvait pas écouter de disque, pas de télé, pas d'ordinateur, rien pour enregistrer, il l'a écrit pour qu'on s'en souvienne et c'est l'orchestre qui peut jouer cette musique 300 ans après, et toi tu sais lire avant de rentrer en CP, dis toi qu'il y a des petite fille qui commencent à apprendre un instrument à l'âge de 6 ans, à lire la musique, et qui se retrouvent ensuite à jouer dans un orchestre la musique de quelqu'un qui n'est plus là pour l'entendre... ça les aura bien fait rire pourtant de tirer sur les cordes de la basse branchée dans la carte son en plastique, comme de taper sur un clavier maitre en plastique ou l'on peut mettre les sons qu'on veut, que l'on soit clown municipal ou richard gotainer, il y a bien des façons de rire de choses pas toujours drôle, le chanteur du groupe a pu animer des stages d'écriture avec des détenus à fleury merogis et ça très peu de gens le savent, aujourd'hui la belle boutique custom 77 à côté du palais de justice est devenu un salon de tatouage, la vie suit son cours, on en est plus à la revanche, il y a bien des façons de reconstruire, refaire sa vie, même dans les pire conditions et quitte à s'isoler, pour protéger les autres et pour se protéger, plutôt que rester là inerte, autiste ou véhément, s'excuser d'être là encore en vie ou rester le plus puant possible, il y a bien des lieux oû je ne vais jamais, comme si je n'y étais pas à ma place, pourtant je n'ai plus aucune raison de m'interdire d'y aller
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 12:27

je me souviendrai encore longtemps de ce qu'on m'a répondu sur une attaque/blague, quelqu'un qui me dit "j'ai des dossiers sur toi long comme le bras", surement pensait-il que j'étais braculable à loisir,mais chacun ses fantasmes, je sais ce dont certains sont capables, et je sais aussi quelque chose qui reste encore de l'ordre de l'impensable au regard de ce que sont les codes admis, ce qui dépasse la simple anecdote, alors les dossiers à côté laisse moi sourire, ça ne fera pas taire ce que j'ai à exprimer ici, déjà je n'ai pas le temps d'aller arracher tous les autocollants des fachos en ville, et j'ai juste envie de me tirer au fin fond de la lozère rien qu'en traversant la place bellecour les premiers jours ensoleillés de l'année, je n'attend plus la prochaine annonce, newsletter ou autre pour savoir si on me pourrit dedans, je trace maintenant, ça va aller très vite, après l'introduction, la thèse, l'antithèse, tirer la conclusion qu'on peut avec chacun ses grilles de lecture, mode science po, mode bistro, modes et travaux, plus de cadre pour se rassurer, essayer de réflechir en dehors du cadre rassurant du groupe, être au centre et vouloir toute l'attention ou rester en dehors, plus une histoire de goût, d'opinions bien comme il faut même si dans le fond on n'y crois pas vraiment, qu'on ait ou non les moyens de ses convictions, tout le paradoxe de la meuf qui t'explique la vie en reprenant la direction d'une communauté de hippie qui s'étend sur des hectares, tout en étant au rsa et propriétaire d'une appartement dans une grande ville
tout le paradoxe de faire du gardiennage pendant 8 ans sur un terrain qui reste fermé par des palissades des années plus tard, le temps que le prix du mètre carré se multiplie par 5 ou 10, finalement est-ce que je dois la ramener moi qui tape sur un ordinateur sous windows avec ma page gmail ouverte? je serai dangereux pour mes frères révolutionnaires de centre gauche? est ce que ce n'est pas un peu ridicule tout ça de se prendre pour des autonomes quand les gros se servent de nous tous les jours pour leur petit business? il est passé oû le bontempi de mes 8 ans et demi? comment on sort de ce message? comment on allume ton four déjà mon amour pour cette délicieuse pizza de framprix? ça te dit qu'on retourne sous la couette?
non il fait beau et pas de travail aujourd'hui,et ce serait bien dommage de ne pas profiter un peu des assedics
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 14:14

gay about electronics, comment elle sonne mieux cette pédale avec ce circuit intégré récupéré dans un ampli de la déchetterie, mais comment savoir avec autant de câbles et toute la chaine depuis les aimants des micros de la guitare? comment on s'en réfère toujours aux sorciers pour la console à restaurer, comment on trouve ça magique la science, comment on se sent en sécurité dans ce qu'on croit un savoir qui n'est qu'un copier collé de ce qu'on a retenu d'une nuit blanche sur le net pour être sur que par recoupement d'infos diverses et internationales d'amerique du nord, on aura fait le meilleur choix possible avec un budget bien casse gueule, mais on est rassuré pour un temps et le sorcier est pas loin au cas oû... après un démontage de sardou ou gun's & roses on pourra à loisir défoncer un circuit imprimé en deux temps trois mouvements si l'impatience nous gagne, le sorcier a aussi une vie et lui aussi doit se reposer pour retrouver de la force
gay about electronics oû ne pas trop se mouiller tant que tout reste reversible, revendable, laisse croire que tout était à peu près potable le jour oû l'on sortait sa carte d'identité chez easy cash, pourquoi pas leur ramener un superlead avec l'electronique d'un peavey dedans? il s'allume, ok il fonctionne!, par ici easy money, mais ils ont du y penser avant moi et je repars du mag plutôt que leur laisser la bête pour le prix d'un téléphone qui sera mort dans six mois, tant pis si j'ai pas trop cherché à comprendre en théorie mais si un mec me prouve dans une vidéo que ça sonne je lui fais confiance, de toute façon il ne me livrera pas son secret, ou alors très rarement, à travers 15 ou 20 vidéos successives, pour que je puisse devenir apprenti sorcier à mon tour, ce qui reste à peu près la seule utilisation bien valable d'internet pour les gens perdus à ce jour, on leur donne toutes les raisons de croire qu'ils ont bien niqué le système en se débrouillant par eux même, loin des marchands, et dans la dévotion ultime pour la belle electronique à l'ancienne, les transfos d'entrée, la belle pièce d'acajou plus vieille que moi, les transfo de sortie pour tout saturer, ah ben merde la carte son est bien limite alors, tant pis je repars pour un système que je ne regardais pas il y a 10 ou 15 ans, tellement c'était clairement reservé aux riches, comme la gibson les paul du gosse des monts d'or pour une fête d'école au rail théatre, il sait à peine jouer mais il a toute la panoplie, moi je n'ai même pas le gout de brancher un clavier en plastique prodipe qu'on m'a donné il y a 6 mois, en tout cas d'après l'avis sur audiofanzine, c'est un modèle qui sert en milieu scolaire, gage de fiabilité ou preuve que le budget dans l'éducation en a prix un sacré coup, tant pis, ce qui est sur c'est que je ne ferai pas mieux avec un MS20, un prodigy et un pro one juste pour varier un peu la palette, je n'ai pas plus d'inspiration d'ailleurs et je regagne le local pour écouter le silence
gay about electronics et sortir une vieille folk et un capodastre pour se sentir encore toujours plus merdique 34 ans après johnny marr
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 17:14

pas besoin de remonter le pantalon pour se rappeler du boulet qu'on garde à la cheville, toute sa vie, ça me fait penser à un des camarades des plus sain que j'ai pu rencontrer dans ce taf de merde ou nous ne sommes que les larbins de la haute noblesse financée par l'argent public, ce camarade qui me donne le sourire en me chantant "nous voulons le maximum, rien d'autre et rien que ça, nous serons le maximum et j't'assure qu'on le sera", lui attend la fin de journée pour retourner à la piscine, il ne fume plus depuis des années déjà et se tient à l'écard, pas de préchi-précha straight edge mais comme on dit: des années d'expériences feront toujours la différence, ils les a fait les st amant, il y était, et quand il me parle d'une copine de la vie d'avant, c'est comme si elle était là maintenant comme lui, comme quelque chose qui envoie voler en éclat tous les pots de miel de champignon, cette copine que ça fait peut etre 20 ans qu'il ne l' a pas revue, est-ce qu'elle se souvient de lui? je pense que oui en fait, je l'ai revu l'an dernier au mois de juin, après avoir serré la main du père d'une autre copine, lui était député et il y a de fortes chances pour qu'il s'en contrecarre des codes vaillant ou spirou, tintin chez les soviets ou gaston la gaffe, je l'avais vu dans une rediffusion d'un interview télé oû l'on se moquait de son accent plutôt que l'écouter parler politique, et oui au mois de juin on étais là, lendemain de fête au four à pain et il y avait à manger et à boire et de l'accordéon, et cette vieille copine qui me disait qu'elle avait gardé des dessins que j'avais fait quand j'étais en convalescence chez elle à la campagne 20 ans plus tôt
donc mon camarade dont je ne sais pas s'il est syndiqué, me parle de sa voiture, de comment il se retrouve avec deux fois la direction par terre et le parralélisme à refaire, juste pour avoir voulu changer la courroie de distribution, sauf que le mécano a zappé une pièce, au niveau de la pompe à eau ou je ne sais plus, bref, il change de voiture et c'est la merde totale, là on est coincé au taf et il ne parle que de ça, les mécanos sont tous surbookés avec la loi nicolas hulot et le nouveau contrôle technique, c'est le gros stress, tout le monde flippe et ça devient complètement n'importe quoi, juste pour garder un véhicule encore deux ans, juste pour que le prolo prenne un crédit pour acheter un véhicule bourré d'électronique et qu'on ne peut plus réparer soi-même, ils nous ont battu, au non de la sécurité routière et de l'écologie, la mauvaise blague qui passe très mal, on nous tient par le stress comme dans le monde du travail, toujours plus flippés que nous sommes de perdre ce qu'on nous a vendu comme étant notre liberté: liberté de consommer des merdes qui ne servent à rien, de se détruire tranquille, hors d'état de nuire et sous contrôle, en permanence
le véhicule comme signe exterieur de connerie en milieu urbain: 4x4 de luxe, harley qui te pète les oreilles, comme j'en ai rien à foutre de ta moto mon pauvre si tu savais
et comme j'ai horreur qu'on me demande de répéter ce que je viens de dire, comme j'ai horreur de hurler au téléphone, quand je parle à mon père qui est sourd d'une oreille, le temps qu'il mette son appareil et baisse sa télé, lui qui a du prendre du tanakan toute sa vie pour corriger le vertige sur un échafaudage, alors je pense à cette fille, intermittente qui a fait plein d'heures cette année, pendant que certains sont jaloux qu'elle fasse tellement d'heures en si peu de temps, d'autres sont là comme des chiens à vouloir la baiser, et oui aux apéros on est pas invités moi et mon camarade, personne ne prends des airs de beaux-gosse pour s'adresser à nous et lorsqu'un permanent lui demande s'il elle n'aurait pas une roulée pour un pauvre fonctionnaire, elle lui répond "le paquet coûte 15 euros maintenant alors prend pas trop l'habitude", je pars de l'autre côté fumer une troisième roulée et retourne sur mon téléphone, il y a si peu de gens que j'apprécie vraiment dans ce taf, des que je n'ai pas le temps de rencontrer, et d'autre que je fuis autant que je peux, et ce n'est pas toujours ceux qui croient qu'ils peuvent se ranger derrière d'autres pour exister, en écrasant ceux qu'ils considèrent comme faibles et pas légitimes, qui gagnent à tous les coups, des fois la pierre casse le ciseau, et c'est de beaux moments oû il faut être là pour le voir, ça se passe en un éclat de rire et ça fait du bien pour le reste de la journée
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 18:18

ce dont je me souviens c'est des réactions d'étonnement déçu, voire de colère suite à des moments de parano, de procès d'intention ou je me suis senti exclu de fait
c'est là qu'on voit qu'on peut vivre des relations d'amitié que ces putain de réflexes viennent pourrir chaque fois: "comment ça, tu croyais que les gens te taillent? disent de la merde sur toi? merci! trop cool ce que tu pensais de nous..." je vous cache pas que dans un couple ça peut être d'autant plus destructeur, quand la jalousie devient suspicion permanente, quand on se sent de la merde au point d'être convaincu qu'elle rêve en secret d'être enfin libérée par le premier rigolo venu
cette fois il y avait un arbitre, du haut de ses 16 ans, une qui est venue nous dire "je ne suis pas là pour me plaindre", c'est sorti comme ça au point oû ne pouvions plus rien répondre, on s'est retrouvés comme des cons, ça je m'en souviendrai... et oui, le monde est comme ça , on se croit les victimes pourtant on a rien d'autre à foutre que chercher des justifications partout dans nos vies de merde pour se plaindre toujours et saloper ce qu'il reste de beau, comme la seule façon d'exister dans les yeux de l'autre, même si on sait qu'il/elle est encore là et nous aime autant qu'il peut, il fallait peut être jeter tout celà en dehors, le mettre en évidence et le regarder, ce n'est plus en nous maintenant, qu'est ce qu'on fait? euh ta caisse claire est peut être un poil trop compressée par rapport à ton kick mais là ce que j'entends ça me tient pour continuer d'une traite, sans rien éditer, sans rien retoucher que les fautes de frappe et si j'édite c'est pour les autres pas pour moi, dans un soucis d'exactitude et pour rester bien concis, surtout ne pas perdre de vue que l'on est encore là dans ce logement, chacun sur un écran, chacun avec quelque chose à régler, qu'on s'en sortira ensemble, que le reste sera derrière nous, qu'on peut retrouver une sauvegarde d'un projet qui date de plusieurs mois avant la version finale qui est en ligne, et le temps de comprendre de quel titre il s'agit on réalise le temps écoulé, tu vois j'ai effacé tous les projets à chaque fois que j'ai exporté le mix final, quitte à vouloir tout recommencer en entier quelques années plus tard, quitte à passer un an à réenregistrer la même chose en un peu moins nase et encore, pas sur, c'est pas moi qui décide, je peux juste décider de tout retirer et on verra un jour, ouais un jour ou l'autre, le comment n'est plus la raison de tenir, le fond a repris sur la forme, et pour l'heure je veux juste me souvenir qu'il y a 20 ans je n'avais ni 4 pistes k7 ni rien, mais que je jouais à peu près un tiers de mon temps de chômeur professionnel, sans pouvoir garder aucune trace, que j'aurai rêvé de musiciens et musiciennes pour mettre en forme tout ça, que le multipiste m'aura juste servi à contourner le problème sans que ce soit vraiment trop lourd à porter pour des gens qui auraient surement eu autre chose à foutre de leurs vies que d'apprendre des compos aussi nase soient elles, ceux et celle qui l'ont fait je les en remercie, ça n'a plus vraiment beaucoup de sens aujourd'hui, même des projets de ce qui est censé être de la vraie musique, un vrai groupe, avec attention mes demoiselles un niveau technique qui laisse les barbus à lunettes se gratter le menton et les jeunes comédiennes se recoiffer 45 fois entre deux breaks dans une bouillie sonore dont la plupart des autres se foutent éperdument, oui tout ça ne fait plus tellement sens aujourd'hui, la substance est partie comme quand j'ai rendu les clés de mon logement et récupéré la moitié de ma caution, c'est triste mais voilà, il faut définitivement passer à autre chose, et dans le fond ce qui serait vraiment triste ce serait de prétendre le contraire, reprendre son traitement et faire comme s'il ne s'était rien passé comme un état de choc, ou la sortie d'un coma de plus de 20 années de déconstruction, chacun dans son rôle, chacun sur son quant à soi, chacun le sien, comme dans ce fanzine qui prend la poussière parmi les autres
dans le fond je ne serais pas si dépressif que l'on voudrait bien le croire alors... tu veux toujours être mon gentil copain condescendant? distribuer les rôles pendant la réu? en te gardant bien de parler de toi, de tes failles, de pourquoi plein d'autres ne seront pas restés, qu'on fasse un atelier banderoles et qu'on parte tous combattre au nom de la lutte des places, je vous laisse la mienne, elle est tout au fond pas loin de la cafetière, amusez vous bien et bonne chance dans la vie
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 19:50

je n'avais pas écris encore au sujet des signes comme un élan mystique, comme passer dézinguer la plage arrière, pour la jeter dans la poubelle grise, sans passer par la cuisine, le lendemain d'un concert et me poser dans le salon à côté pour recharger la batterie du téléphone, repartir et me retrouver au comptoir du specialiste en pièces détachées audi, bmw, ww etc pas très loin derrière, en allant à la déchetterie toi-même tu sais, et voir deux baguettes de pain posées sur des plages arrière sur le comptoir, un chat noir qui me regarde sur les palletiers juste en face, encore aurait-il fallu que j'y vois comme un signe
comme parler de cette fois oû dans un échange de sms vraiment intense je suis parti au hasard dans les escaliers derrière, envie de couper dehors, élan vital dans le vieux lyon à flanc de colline, quitte à faire de mauvaises rencontres
il y avait tagué sur le toit "libre?" et j'ai traversé le parc de bas en haut puis je suis remonté dans les escaliers au hasard, au gré des sms, j'ai découvert des endroits que je n'avais jamais vu, ça n'en finissait plus et quand je suis redescendu me suis retrouvé sur la contre allée de l'homme de la roche , à deux pas de la colloc oû j'étais en arrivant ici en 2000, je suis allé m'assoir sur les marches de l'entrée de l'immeuble et la tournure de la conversation a changé brutalement, puis plus de batterie et angoisse, marcher dans la rue et les voir tous en terrasse avec des grandes pintes le premier jour de soleil, marcher la peur au ventre, repasser au taf pour charger le téléphone, des signes, encore des signes, pourtant je n'ai jamais pris ces escaliers quand j'habitais sur ce quai à l'époque, ça ne m'est jamais venu à l'idée, pourquoi cet autocollant me parle, collé sur la rembarde quand je m'arrete au milieu du pont et regarde la saone en dessous? pourquoi au retour je vois passer juste avant d'arriver une polo vert bouteille exactement comme celle de mon colloc quand on habitait là-bas? des signes, j'en vois partout, ils se multiplient, je peux leur trouver du sens, je peux redéfinir mon projet de créer l'institut polysémantique de pansémiologie avec tous les fêlés qui lisent le moindre détail dans le paysage comme leur étant clairement adressé, convaincu qu'ils sont que quelque chose les guide, leur dit vraiment quelque chose, il n'y a pas assez de pages pour expliquer ce que tu ne prendra jamais au sérieux
je me serai efforcé de rester pragmatique et carthésien toute une vie pour rien, pourtant quand un ami me dit qu'il peut ressentir les ondes dans un bâtiment, qu'il peut ressentir qu'il s'y serait passé quelque chose de très grâve, je regarde les pierres, ces pierres qui sont là depuis 500 ans peut-être, le mur de la pièce juste au dessus de moi, autour de la photo de mes enfants, je peux sentir quelque chose qui me retient ici, qui fait que toujours je reviens, ce qui n'est pas toujours le cas ailleurs, dans d'autres endroits oû je me suis isolé, retranché, oû j'ai retourné la violence contre moi-même, il ne s'agit même plus de contexte ni de telle ou telle personne pour savoir si oui ou non ce n'était pas le bon moment pour tenter un sevrage de psychotropes, le jour ou cette vitre s'est brisée sur un changement de décor, un petit chef de plateau avait fait une blague à quelqu'un sur le fait qu'il était enfermé comme en cellule dans le sas qu'il était en train de déboulonner, une vitre d'un autre sas a fini en éclat de verre presque immédiatement après, et j'ai regardé la vitre, je suis resté là à la regarder, il y a eu comme un silence, et on a repris le taf
quelque jours avant j'étais au vinatier, j'y aurai passé la nuit, j'ai vu le sas et compris que c'était le cachot, la double porte, et le regard de celui qui était enfermé, coupé des autres, interdit de sortie même pour 3 minutes, le temps d'une cigarette
personne ne savait que j'étais au vinatier quand je suis retourné travailler, il y avait cet immense jesus sur le plateau tous les jours, il y avait toujours les mêmes conversations: ceux qui vivent l'islamophobie latente bien réelle au quotidien, ceux qui doivent tenir et faire leur preuves, comme si on les attendait toute leur vie au tournant, tous les jours la triple peine, tout ça est devenu tellement pesant à la longue, les blagues de cul, les problèmes de fric, ne jamais pouvoir s'isoler, et rentrer ici et tenter de zapper, recevoir des mails d'un autre monde si lointain dont on se souvient pourtant et pour cause, devoir renoncer et attendre la fin des problèmes de thunes, reprendre le traitement en entier et attendre
tellement isolé qu'ils/elles étaient tous là avec nous tous les soirs, pour nous rappeler qu'ils avaient une vie sociale épanouie, une réseau social bien étendu et toujours plus prospère, voire des parents pour poser les gosses et passer le week-end en amoureux, et nous on resterai là à regarder, à attendre encore, finir de devenir fous ou se relever, écouter la musique de quand on était jeunes comme eux, se dire qu'on est encore pas trop dégueux pour notre âge, et sombrer dans un gros serrage et s'endormir
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

Re: j'écris un livre!

Messagepar (damien) paulette » 19 Avr 2018, 23:49

finalement je n'irai au bout de la démarche que si je regarde les choses en face, on vient de voir le film "lucky" à l'instant et j'ai repensé à un ami qui est mort juste après que je l'ai retrouvé, j'étais tombé sur un site oû il avait mis plein de photos, autoportraits marrants et ses dessins et gravures, c'est une amie qui a fait l'école de la mârtinière avec lui et qui par la suite était avec lui et d'autres dans bien des aventures, fanzine, concerts et lieux occupés le temps d'une soirée ou plus, pas la peine de les nommer ici, ceux qui ont connu les reconnaitrons direct
voilà j'avais donc retrouvé son contact et on lui a rendu visite avant les vacances d'été, avec notre fille, il était completement retiré de tout en pleine campagne, il avait décidé de couper, et quand on est rentré d'enregistrement studio en bretagne j'ai appris sa mort sur le trajet de retour, voilà je l'aurai revu seulement une fois, le temps qu'il me retrouve une K7 d'espace prothese avec jaquette dessinée à la main en me disant de lui la rendre une fois que je l'aurai numérisée
"tu me la rendra pas de toute façon" disait-il avec un sourire quand on partait, et j'ai toujours la K7, je n'ai pas eu le temps de la lui rendre, ce que je sais c'est que lui a été une personne marquante dans mon parcours musical, il était de 10 ans mon ainé, et dessinait des petits personnages, des bandes dessinées de quelques cases, entre autre
le temps d'une après midi d'enregistrement en impro, on s'était appelé les flambies, bien sur c'est lui qui avait trouvé le nom, et on était 4 garçons dans le flan, vraiment, je ne retrouverai probablement jamais cette k7 de cette impro enregistrée au local association de malfaiteurs quelque part vers 1995, ce que je sais c'est que dans cette impro pourtant avec du matériel bien cheap et en mode démerde totale on était bien plus proche des groupes de no wave ou du pop group de mark stewart, quelque chose de disco/funk tout pété et vraiment assumé, lui avec la basse à la georges clinton dont il était fan, et les deux guitares sans aucune disto, tout sec, et ce batteur avec qui on a pas continué, dommage, on a pas continué grand chose d'ailleurs, et cette K7 je ne la retrouverai jamais pourtant il y avait déjà tout dans de l'impro, et des choses que je reprendrai avec le "vrai" groupe de l'époque en mode noisy pop, puis en mode mes chansons ouais je suis un artiste maudit regarde comme je m'auto-saborde, mais dans le fond tout vient de là, parce que ce jour là il y avait quelque chose comme une libération totale, à des années lumières du cadre des groupes noise emo hard core années 90 de l'époque, c'était comme un endroit oû on pouvait être enfin libres, et j'ai écouté cet enregistrement en boucle , tenté des montages , tenté de reproduire ce qui s'était passé sur les fois suivantes oû on a pu se retrouver, en vain, il y avait là un vrai moment musical même si totalement à l'arrache et sans but autre que sortir du cadre rassurant des "vrais" groupes, c''était comme la suite logique du premier split proposé par le label NRV prod, et c'était un projet mort né, parce qu'aucun projet justement, donc si je reprends un jour c'est à ce moment que je ferai référence et peut-être même que tout ce que j'écris ce soir je l'écris pour toi qui m'a fait rire, qui me disait vas-y montre moi des plans basse ou guitare et je t'apprendrai à dessiner, mais voilà tout est parti en couille en si peu de temps et là ça me parait évident ce soir, d'oû je viens vraiment, le reste, les groupes ouais pour frimer devant les filles, les postures, les amplis et la disto qui arrachent la tête, jouer au wolnitza à 20 ans, à l'exit à 21 et au pezner à 23 finalement ça fait peut-etre waow sur le cv mais qui se souvient du groupe aujourd'hui? on s'en fout, tout le monde est passé à autre chose: electro, dub, musiques actuelles, ok, on a bien pris le virage des années 2000 dans la gueule, les professionnels et les amateurs maintenant tu es mort et si je suis encore là pour regarder tout ce cirque, je voudrais au moins que tout le monde comprenne que ce qui m'a porté jusqu'ici toutes ces années c'est un peu à toi que je le dois

je t'avais échangé ma telecaster contre ce vinyl, je ne m'en séparerai jamais

une autre disque pour rester au coeur du sujet, ego trip à part, la basse de sarah lee pour se rappeler qu'on est en avril 2018 et que je suis encore en retard
(damien) paulette
Faudrai' qu'jarrête de bédave, que j'arrête de pillave
 
Messages: 668
Inscription: 14 Déc 2007, 00:51

PrécédenteSuivante

Retourner vers Write It Yourself

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité