Punk et drogue

"DIY", philosophie punk/hardcore, politique, engagement (s), manifs,etc... c'est ici qu'on débat.

Re: Punk et drogue

Messagepar vincent lyon » 09 Jan 2012, 13:06

Luca a écrit:du mépris pour les tox, cool
tu méprises aussi les autres sortes de malades?
juste pour savoir


non absolument pas ! la formule est maladroite c'est vrai je n'aurais pas du employer "tox"
je cherchais par la a exprimer une réaction face à l'image "cool" que peut avoir la drogue et ceux qui en prennent
particulierment dans nos milieux "alternatifs"
pour moi rien de cool ni d'enviable dans le fait de prendre de la drogue
Avatar de l’utilisateur
vincent lyon
fetus
 
Messages: 28
Inscription: 24 Avr 2007, 14:10
Localisation: Lyon 8ème

Re: Punk et drogue

Messagepar protest&survive » 09 Jan 2012, 15:56

Avatar de l’utilisateur
protest&survive
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1254
Inscription: 28 Mai 2004, 14:39
Localisation: Au-dessous du crassier

Re: Punk et drogue

Messagepar vincent lyon » 09 Jan 2012, 16:12

??? ca y'est protest part en vrille :eek:
comment vas tu vieux cheval? chanmééééé la photo avec TOUBON dans le REST mdr :grin:
Avatar de l’utilisateur
vincent lyon
fetus
 
Messages: 28
Inscription: 24 Avr 2007, 14:10
Localisation: Lyon 8ème

Re: Punk et drogue

Messagepar protest&survive » 09 Jan 2012, 19:23

Ben quoi, j'suis dans le sujet non ?
"So what we get drunk
So what we smoke weed
We’re just having fun
We don’t care who sees
So what we go out
That’s how its supposed to be
Living young and wild and free "

Pour le Rest ;-)
Avatar de l’utilisateur
protest&survive
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1254
Inscription: 28 Mai 2004, 14:39
Localisation: Au-dessous du crassier

Re: Punk et drogue

Messagepar variusyo » 09 Jan 2012, 22:52

je découvre juste le sujet, et j'ai l'impression de revivre une discussion du taf à midi !
c'est clair que des drogues dites plus dures sont beaucoup plus faciles d'accès qu'il y a 10/15 ans.
du genre quand tu cherche à fumer on te sort 'tu cherches pas plutôt de l'héro ou coke' ?
l'héro est vraiment revenue en force (et chez les jeunes garageux à la con c'est même la coolitude extrème) après une bonne vague de coke.
par contre les ectas m'ont l'air de ne plus trop être à la mode (et c'est con !)
le problème est principalement du à notre législation à la con. les risques encourus pour deal sont quasi les mêmes entre weed & héro / coke.
les gonzes sont pas cons quitte à prendre de la tôle, autant gagner un max avant...
après pour revenir au milieu punk... je n'ai pas l'impression que ça ait trop changé, surtout alcool weed et un poil de speed quand tu t'approches de l'espagne ou de la belgique...
mais y'a vraiment pire ailleurs ! chez les jeunes rockeurs / clubbers ça me fait vraiment flipper cette défonce sans aucun contrôle alors que toutes peuvent être cool utilisées raisonnablement !
Avatar de l’utilisateur
variusyo
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1223
Inscription: 12 Avr 2003, 15:23
Localisation: bordeaux nexus

Re: Punk et drogue

Messagepar Luc » 10 Jan 2012, 01:30

L'héro est revenue en force, ça c'est un fait, je confirme ce que dit Johan juste au-dessus.

Quelques réminiscences de daron : quand j'ai débarqué dans la "scène" punk et metal vers le milieu / fin des '80s, l'héroïne semblait être sur le déclin, après avoir fait d'énormes ravages chez beaucoup de monde — à une époque où il y avait aussi beaucoup moins d'information, pas de prévention, le SIDA était un truc encore nouveau... Je pense que le trop plein de morts a forcément engendré une certaine prudence et une prise de conscience. J'ai grandi au Pays Basque, côté français, et à quelques kilomètres de là, de l'autre côté de la frontière l'héroïne était véritablement le fléau N°1 chez la jeunesse "rebelle", militante, etc. (il y a toujours eu cette théorie — tenace et probablement justifiée — qui veut que l'état espagnol ait favorisé une diffusion massive de l'héroïne au Pays Basque pour mater la rébellion potentielle chez les jeunes indépendantiste dans les années 80).

Les punks prenaient beaucoup de cachetons, je me rappelle que les keupons cloutés à crêtes de mon bled venaient me voir parce que j'avais un badge GBH, j'étais tout gamin, ils faisaient copain-copain et ils essayaient de me persuader d'aller me faire acheter toute leur camelote à la pharmacie du coin (j'avais pas leur dégaine)... Médocs et alcool, c'était très punk, et ils sniffaient encore beaucoup de colle à rustine dans des sacs plastique. J'ai plus vu ça depuis bien longtemps !! :grin:

Sinon ouais, l'alcool / weed ont toujours été là, aussi loin que je puisse me souvenir (proximité de la frontière espagnole = beaucoup de shit). La coke c'était un truc de riches autrefois, le fait que les prix aient autant baissé expliquent sûrement sa banalisation.

Ça m'a toujours étonné que le punk soit aussi virulent contre les businessmen et capitalistes de tous poils, mais fasse abstraction quasi totale du narco-business (on pourra toujours répondre que ça entretient un commerce parallèle qui permet à certaines couches de la population de vivre décemment, etc. mais au final, les méthodes sont à peu près les mêmes, non ?)
Avatar de l’utilisateur
Luc
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1181
Inscription: 08 Avr 2003, 17:11
Localisation: Bored-oh!

Re: Punk et drogue

Messagepar xavier » 10 Jan 2012, 09:44

Luc a écrit:a banalisation.Ça m'a toujours étonné que le punk soit aussi virulent contre les businessmen et capitalistes de tous poils, mais fasse abstraction quasi totale du narco-business (on pourra toujours répondre que ça entretient un commerce parallèle qui permet à certaines couches de la population de vivre décemment, etc. mais au final, les méthodes sont à peu près les mêmes, non ?)

Complètement d'accord avec ça. Et les méthodes sont peut-être même bien pires.
Avatar de l’utilisateur
xavier
Jah Army!
 
Messages: 4489
Inscription: 04 Aoû 2002, 13:22
Localisation: à côté d'un appart de connards bruyants

Re: Punk et drogue

Messagepar sal paradise » 10 Jan 2012, 09:46

Luc a écrit:Ça m'a toujours étonné que le punk soit aussi virulent contre les businessmen et capitalistes de tous poils, mais fasse abstraction quasi totale du narco-business (on pourra toujours répondre que ça entretient un commerce parallèle qui permet à certaines couches de la population de vivre décemment, etc. mais au final, les méthodes sont à peu près les mêmes, non ?)


100% d'accord !
ça me fait toujours délirer les anarcho punk anti-capitaliste-vegan-pêtent-couilles, qui sont
contre tout,et qui te font des grandes morales sur la société de consommation mais qui ne peuvent passer
10 minutes sans fumer une clope, un joint ou se bourrer la gueule comme des outres.
Elle est ou la liberté la ?
il y a toujours eu une énorme dichotomie là dedans.
Avatar de l’utilisateur
sal paradise
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1350
Inscription: 21 Aoû 2005, 23:16
Localisation: 7€ de l'heure / forfait à la demi-journée

Re: Punk et drogue

Messagepar pearly » 10 Jan 2012, 09:53

Luc a écrit:Ça m'a toujours étonné que le punk soit aussi virulent contre les businessmen et capitalistes de tous poils, mais fasse abstraction quasi totale du narco-business (on pourra toujours répondre que ça entretient un commerce parallèle qui permet à certaines couches de la population de vivre décemment, etc. mais au final, les méthodes sont à peu près les mêmes, non ?)

totalement de cet avis, aussi...
Avatar de l’utilisateur
pearly
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1335
Inscription: 18 Nov 2008, 13:35
Localisation: Poitiers

Re: Punk et drogue

Messagepar variusyo » 10 Jan 2012, 13:12

Luc a écrit:L'héro est revenue en force, ça c'est un fait, je confirme ce que dit Johan juste au-dessus.

Quelques réminiscences de daron : quand j'ai débarqué dans la "scène" punk et metal vers le milieu / fin des '80s, l'héroïne semblait être sur le déclin, après avoir fait d'énormes ravages chez beaucoup de monde — à une époque où il y avait aussi beaucoup moins d'information, pas de prévention, le SIDA était un truc encore nouveau... Je pense que le trop plein de morts a forcément engendré une certaine prudence et une prise de conscience. J'ai grandi au Pays Basque, côté français, et à quelques kilomètres de là, de l'autre côté de la frontière l'héroïne était véritablement le fléau N°1 chez la jeunesse "rebelle", militante, etc. (il y a toujours eu cette théorie — tenace et probablement justifiée — qui veut que l'état espagnol ait favorisé une diffusion massive de l'héroïne au Pays Basque pour mater la rébellion potentielle chez les jeunes indépendantiste dans les années 80).


Rencontré un peintre y'a un mois qui a la quarantaine et qui m'a vraiment scotché.
Il me racontait que sur sa bande de 25 copains qui étaient dans la musique / arts dans les années 80 seuls 2 (dont lui donc) sont encore en vie.
Tous à l'héro avec la même seringue...
Avatar de l’utilisateur
variusyo
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1223
Inscription: 12 Avr 2003, 15:23
Localisation: bordeaux nexus

Re: Punk et drogue

Messagepar acacia » 10 Jan 2012, 13:17

ça devient 36 15 j'enfonce des portes ouvertes cette discussion.

Franchement vous en connaissez beaucoup des 'punks' qui sont 'fiers' de leur consommation de drogue ?
en fait je comprends même pas pourquoi on a une discussion à propos de 'punk et drogues' ici.
Justement vu le nombre de gens qui se revendiquent 'pas punk'.
Bref.
Avatar de l’utilisateur
acacia
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1569
Inscription: 15 Aoû 2005, 19:25
Localisation: middle of nowhere

Re: Punk et drogue

Messagepar xavier » 10 Jan 2012, 13:28

On peut faire "scènes de musiques alternatives et drogue" si ça te chatouille moins les yeux.
Avatar de l’utilisateur
xavier
Jah Army!
 
Messages: 4489
Inscription: 04 Aoû 2002, 13:22
Localisation: à côté d'un appart de connards bruyants

Re: Punk et drogue

Messagepar sal paradise » 10 Jan 2012, 16:15

acacia a écrit:Franchement vous en connaissez beaucoup des 'punks' qui sont 'fiers' de leur consommation de drogue ?



oui, j'en connait pas mal.
Avatar de l’utilisateur
sal paradise
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1350
Inscription: 21 Aoû 2005, 23:16
Localisation: 7€ de l'heure / forfait à la demi-journée

Re: Punk et drogue

Messagepar Kob.X » 10 Jan 2012, 18:30

acacia a écrit:Franchement vous en connaissez beaucoup des 'punks' qui sont 'fiers' de leur consommation


On pouvait couper la question là, et la réponse est oui.
Quant à enfoncer les portes ouvertes il me semble que ce topic ne sert qu'à ça, c'est quoi le but en fait? savoir si ça consomme plus/moins qu'il y a 15ans pendant les concerts? Et si oui/non, qu'est-ce qu'on en retire?
Qu'est-ce que c'est censé traduire? Un malaise? En lisant les bédés des années 70/80 je ressens plus de malaise existentiel (crumb?) ou de recherche de "la conscience" (moebius?) qu'aujourd'hui où la drogue se limite à son imagerie et ouvre des portes sur des aspects qui ne la concernent pas (joe daly?)
Quant aux questions tarifaires je sais pas si c'est un critère foncièrement significatif, si un bon shit est à 8 le gramme, je prend, si un beau livre est à 50euro c'est un peu pareil, et savoir que la coke est "pas chère" (vraiment?) m'a pas donné plus envie d'essayer.
Ce topic a ses raisons obscures qui m'echappent
Avatar de l’utilisateur
Kob.X
J'suis international... t'es number one à Auxerre
 
Messages: 853
Inscription: 28 Sep 2007, 15:27
Localisation: Lyon/St Etienne

Re: Punk et drogue

Messagepar Manak » 10 Jan 2012, 19:09

Tout ça pour en venir à la conclusion que Pierre B. consomme du shit de mauvaise qualité avec l'argent de Ground Zero et d'Atropine Rds.
Dernière édition par Manak le 10 Jan 2012, 19:36, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Manak
Ce n'est pas qu'j'aime pas me mélanger mais disons Simplement qu'les aigles ne volent pas avec les pigeons
 
Messages: 950
Inscription: 12 Juin 2004, 21:47
Localisation: Chez Raymond

Re: Punk et drogue

Messagepar Zen » 10 Jan 2012, 19:18

Puisqu'il faut justifier de la raison d'être de ce sujet (pourquoi celui là particulièrement, j'en sais rien... vous avez été poser la question sur celui qui traite du foot, en passant ? je plaisante), bah allons-y (même si relire le message initial peut donner des indices)

Je suis pas RG, j'ai pas identifié vos adresses IP, je ne juge personne (même si évidemment j'ai mon petit avis sur la question, ou en tout cas des raisons de faire ou de ne pas faire les choses), çà m'intéresse juste de parler d'un phénomène social qui peut être plus ou moins lié à un milieu (voir pas du tout, mais c'est la corrélation éventuelle qui m'intéresse), tout simplement parce que premièrement je me sens un peu lié à une certaine scène "punk" (avec les guillemets que chacun veut bien mettre, mais moi çà me va bien parce que çà regroupe pas mal de sous styles finalement: SxE, emo, garage, noise, indie rock, metal underground, etc) et que deuxièmement en tant que non-fumeur, non-buveur (à part un martini ou autre truc vraiment bon une fois de temps en temps, par contre la bière et le vin rouge je trouve toujours çà dégueu) et non-consommateur de substances altérant la conscience, je me pose des questions concernant des gens que je peux croiser et/ou connaitre, et je me dis que je suis peut-être pas le seul, preuve en est le nombre de réponses conséquentes de la part de gens de pleins d'horizons et avec plein de trucs intéressants à lire (pour moi en tout cas).

Maintenant, si vous trouvez que çà sert à rien d'en parler, ok, je trouve çà dommage, moi c'est une question qui me perturbe pas mal ces temps ci, voir même qui pourrait remettre en cause les relations que je pourrais avoir avec certaines personnes, bref, qui me fait demander pourquoi je me sens proche de certains et pas d'autres. Je pense que j'ai toujours une forte appréhension vis à vis des drogues (ok, j'ai jamais pris de coke, peut-être que je devrais le faire avant d'en parler ?) et de l'effet qu'elles peuvent avoir sur les gens, donc si çà en vient à concerner des gens plus ou moins proches, je pense que je commence à me sentir vraiment mal à l'aise voir à me demander si je ne suis pas à des années lumières de leurs préoccupations ou de leurs vies. Ca soulève sans doute un questionnement fondamental en moi que la psychanalyse viendra résoudre le jour où j'aurai assez d'argent pour en faire une.

Sinon des punks fiers de leur consommation de drogue je crois pas que j'ai vu çà, mais des punks fiers de leur alcoolémie j'en croise très régulièrement. Beaucoup plus qu'avant en tout cas.
Avatar de l’utilisateur
Zen
Luttine Youth!
 
Messages: 2270
Inscription: 04 Jan 2003, 02:06
Localisation: absent

Re: Punk et drogue

Messagepar Kob.X » 10 Jan 2012, 19:43

Zen, je posais juste des questions, j'ai tendance à croire que parler de drogue c'est à peu près aussi intéressant que la météo mais j'espérais secrètement que le contraire se produise.
Sinon tu tourne autour du pot, je comprends pas sur quoi tu cogites, le pourquoi la drogue/pourquoi consommer? Ou pourquoi ne pas?
Avatar de l’utilisateur
Kob.X
J'suis international... t'es number one à Auxerre
 
Messages: 853
Inscription: 28 Sep 2007, 15:27
Localisation: Lyon/St Etienne

Re: Punk et drogue

Messagepar Pab » 10 Jan 2012, 19:49

Zen, ca fait plusieurs fois que je le vois poster des trucs comme s'il avait du mal à se défaire de son passé, d'anciennes habitudes ou même d'anciennes relations, alors qu'il le souhaite profondément. :p Ca le fait cogiter hé hé
Avatar de l’utilisateur
Pab
Fuck you, fuck la France, fuck Domenech
 
Messages: 3248
Inscription: 11 Jan 2008, 17:25
Localisation: Nantes / Rennes

Re: Punk et drogue

Messagepar sal paradise » 10 Jan 2012, 19:58

c'est vrai que de nos jours, comme beaucoup de choses, la drogue est devenue un bien de consommation.
Sans vouloir faire le daron encore plus, de mon temps quand on prenait des trucs plus forts, il y avait une justification 'intellectuelle"
derrière, c'était pas juste prendre pour se défoncer. Quand j'ai pris du LSD c'était vraiment pour "élargir ma conscience", et ça à vraiment marché.
J'en ai jamais pris à usage purement récréatif. on se passait des bouquins, on lisait des auteurs maudits, il y a avait une symbolique.
je peux me tromper, mais je pense que tout cela n'existe plus.
Un peu comme le reste, les drogues sont consommées à outrance, sans autre but que la défonce.
Après, j'ai peut être une vision idéalisée de la drogue, ça je le conçois tout à fait.

Maintenant ZEN, si ton questionnement est de savoir si tu dois continuer à fréquenter des gens qui
sont encore la dedans et qui s'y vautrent, je pense que naturellement les distances entre toi et eux vont
s'installer, quand tu ne partage plus ça, trés vite tes centres d'intérets changent aussi.
J'ai été dans un milieu à haute teneur toxicologique pendant des années, au bout d'un moment,
si c'est ta nature, tu passes à autre chose. Tu grandis, ça te passes au dessus, tu trouves mieux à faire,
et le tri dans tes relations se fait naturellement.
Comme le disait Buddy Satan, le jour ou tu ne te bourres plus la gueule tous les soirs, tes potes de beuverie ne
t'appelent plus, et v'la, la page est tournée.
Faut pas se prendre la tête, ça se fait tout seul.
Avatar de l’utilisateur
sal paradise
Je suis trop haut pour les clashs, renoi
 
Messages: 1350
Inscription: 21 Aoû 2005, 23:16
Localisation: 7€ de l'heure / forfait à la demi-journée

Re: Punk et drogue

Messagepar xavier » 10 Jan 2012, 21:43

Kob.X a écrit:j'ai tendance à croire que parler de drogue c'est à peu près aussi intéressant que la météo

ça a quand même un peu plus d'incidences sur les rapports humains et les comportements que la pluie et le beau temps, non ? De fait, plus d'intérêt pour moi.
Avatar de l’utilisateur
xavier
Jah Army!
 
Messages: 4489
Inscription: 04 Aoû 2002, 13:22
Localisation: à côté d'un appart de connards bruyants

PrécédenteSuivante

Retourner vers Write It Yourself

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité